KooTchi

KooTchi ou l'orientation du hasard

KooTchi ou l'orientation du hasard

Tout est matière, tout nous relie à ça. C'est elle qui fait de nous des vivants et nous distingue de ce qui n'existe plus. Les matières sont multiples, et peuvent nous réchauffer, nous stimuler, nous rassurer ou nous terrifier  selon qu’elles soient familières ou étrangères. Matières froides, blessantes, douces ou moites sont ancrées en nous et nous confrontent à nous-même, à notre propre matière jusqu'à ce que nous soyons poussière. Les sujets dans mes oeuvres deviennent questionnement de nos sensations et de la part invisible qui nous pousse vers le souvenir de nos émotions. Les sujets visibles prennent alors toute leur dimension. Le spectateur se confronte à l’illusion d’une figuration constituée à partir d’éléments qui, si regardés de près apparaissent de manière abstraits et regardés de loin dans une œuvre de différents genres. En laissant agir, de manière aléatoire l'eau, les pigments et les papiers collés, une part d'imprévisibilité est liée à ce travail, alors qu’il faut garder aussi le contrôle sur la toile et son inclinaison, comme un duel entre la toile et l’eau.


Après des études dans la vidéo et l'architecture, KooTchi rencontre Serge-Henri Lupano, aquarelliste et fondateur d'associations de peinture. C'est lui qui remarque le talent de KooTchi et lui propose d'enseigner la peinture. 
La matière est le thème moteur dans l'oeuvre de KooTchi, qui trouve l'inspiration dans tout ce qui nous entoure. Le sujet est au centre du cadre, il s'impose à nous. L'interaction avec des papiers collés, puis décollés apportent un mystère dans la réalisation des oeuvres, car l'eau et les pigments prennent le chemin qui les arrangent. La réalisation ne s'achève que lorsque l'ensemble des éléments se superposent. Les nuances apparaissent dans un second temps par les glacis. Les teintes singulières comprises entre l'ocre, le rouge, l'or, le bleu ou le vert entretiennent avec le cadrage, des instants iconiques.  La découverte de chaque oeuvre est donc une surprise car c'est l'orientation du hasard qui finalise l'oeuvre.

Envoyer un message

Nous envoyer un message

Share by: